Présentation des relations bilatérales.

Dialogue politique

Les relations franco-tanzaniennes se sont développées au cours des deux dernières années à la faveur d’un dialogue continu et de rencontres de haut niveau : visite officielle à Paris du Président tanzanien en janvier 2013 ; place d’honneur du Président tanzanien au Sommet de l’Elysée en décembre 2013 ; visite à Paris du Ministre tanzanien des Affaires étrangères en mars 2012, octobre 2012 et décembre 2013 ; visite de la Ministre française du Commerce extérieur en mars 2014.

Le président Kikwete s’est récemment rendu en France pour inaugurer les nouveaux locaux de l’ambassade de Tanzanie en France et, à l’occasion de ce déplacement, il s’est entretenu avec le président de la République (28 janvier 2015).

Ce rapprochement se traduit par le partage de priorités communes et la perspective de relations économiques plus denses :

La République Unie de Tanzanie, Etat stable et démocratique, partage avec la France des préoccupations communes sur les questions de sécurité régionale. Les autorités tanzaniennes ont pris l’initiative de travailler avec la France à la résolution des crises à Madagascar et en RDC au cours de leur présidence de l’Organe politique de la SADC en 2011-2012. Elles soutiennent également les opérations militaires françaises au Mali et en République centrafricaine depuis 2013. La France soutient l’engagement de la Tanzanie dans plusieurs opérations de maintien de la paix (Liban, Darfour), sa participation à l’opération de maintien de la paix en RDC ainsi que ses efforts de médiation dans la crise sud-soudanaise.

La France travaille étroitement avec la Tanzanie dans la perspective de la COP21 de décembre 2015 à Paris. Présidente jusqu’en février 2015, du Comité africain des chefs d’Etat et de gouvernement (CAHOSCC) et de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (AMCEN), la Tanzanie est l’un des pays africains les plus influents dans l’élaboration de la position africaine sur le climat.

Les activités de l’Agence Française de Développement se développent dans les secteurs de l’eau et de l’énergie. Le montant total des financements accordés par l’AFD s’élève désormais à plus de 415 M EUR.

La croissance soutenue du pays (7% en moyenne sur la dernière décennie), ses fondamentaux macroéconomiques sains et ses ressources naturelles importantes ouvrent de nombreuses perspectives sur le terrain économique. Le nombre d’entreprises françaises (une trentaine) présentes en Tanzanie et le montant des investissements français sont en progression constante depuis cinq ans, notamment dans les secteurs de l’énergie, de la logistique et de la construction. La Tanzanie offre pour les grands groupes français comme pour nos PME de nombreuses opportunités dans des secteurs diversifiés (transports, agroalimentaire, tourisme). Le premier forum d’affaires franco-tanzanien, organisé par le Medef international, à Paris, le 3 mars 2015, a été un succès et l’occasion de faire découvrir ce potentiel.

Aide au développement

Depuis la réforme du dispositif français de coopération (1998), la Tanzanie fait partie de la " Zone de solidarité prioritaire " (ZSP) du ministère des Affaires étrangères. Jusqu’à cette date, l’aide française d’Etat à Etat (0,5 million d’euros /an en moyenne) ne permettait, à l’exception du soutien à l’enseignement du français, que des actions ponctuelles, dans les secteurs de la santé ou du développement rural.

Depuis lors, des fonds supplémentaires sont disponibles, soit pour des programmes nouveaux en Tanzanie, soit pour l’intégration de ce pays dans l’EAC (sécurité de la navigation sur le Lac Victoria notamment).

L’Agence Française de Développement (AFD) a ainsi engagé des financements à hauteur de 260 M€, dont 80% sous forme de prêts concessionnels, en faveur de la Tanzanie. Les financements de l’AFD se concentrent principalement sur l’eau et l’assainissement ainsi que l’énergie.

L’AFD contribue en effet à l’amélioration des systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement pour un montant total de 128,3 M€, dans le cadre de l’approche sectorielle définie par le Ministère de l’eau avec l’appui de l’ensemble des bailleurs de fonds et dans le cadre de ses interventions régionales autour du Lac Victoria visant (Tanzanie, Ouganda, Kenya). L’Agence contribue ainsi au fonds commun multi-bailleurs d’appui au programme national de développement du secteur de l’eau (prêt de 30 M€ en 2009, prêt de 40 M€ en cours d’instruction), accompagnée d’une assistance technique auprès du Ministère de l’eau (500 000 € en 2009). L’AFD finance par ailleurs des projets d’investissements dans les villes secondaires, en bordure du lac Victoria : Projet d’adduction d’eau potable des villes d’Utete et de Mpwapwa (subvention de 6 M € accordée en 2002), Projet d’adduction d’eau potable des villes de Bukoba et Musoma en bordure du lac Victoria (subvention de 6,8 M€ en 2008, prêt de 40 M€ et 2011), Projet de réhabilitation et d’extension des réseaux d’assainissement des villes des bords du lac Victoria (Mwanza, Bukoba et Musoma) et d’amélioration de l’accès à l’eau potable dans la ville de Mwanza et ses villes satellites (prêt de 45 M€ octroyé en 2012).

L’AFD accompagne par ailleurs les efforts du gouvernement tanzanien en faveur des secteurs de l’énergie et des transports. L’Agence Française de Développement a ainsi accordé en 2013 un prêt concessionnel de 53 M€ à l’Etat Tanzanien pour la réhabilitation de 10 sous stations électriques et du système de communication du réseau de transport de l’opérateur public Tanesco, en cours de formalisation. L’Agence instruit par ailleurs plusieurs projets d’extension du réseau de transport électrique : ligne électrique dans le nord-ouest de la Tanzanie entre Geita et Nyakanazi , ligne d’interconnexion Kenya-Tanzanie-Zambie. Dans le secteur des transports, l’AFD instruit le financement d’un projet de rénovation de l’aéroport de Dar es Salam.

Dans le cadre de la promotion du secteur privé, l’AFD a octroyé en 2013 une ligne de crédit non-souveraine de 10 M€ à BOA-Tanzanie, à conditions de marchés, pour financer des projets d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique portés par des promoteurs privés. Une ligne de crédit similaire est déjà en cours d’exécution au Kenya, une autre en Ouganda. Ces projets sont accompagnés par un programme d’assistance technique régionale destiné à accompagner les banques et les promoteurs privés dans l’instruction des projets. L’AFD a également octroyé en 2013 un projet de financement de l’extension de l’Hôpital Aga Khan de Dar Es Salam et du réseau de centres de santé associé (prêt concessionnel non-souverain de 40 M€).

L’AFD soutient également des projets d’ONG françaises en Tanzanie : elle a ainsi appuyé la création de mutuelles de santé autogérées pour permettre la prise en charge des soins et des médicaments des populations défavorisées, par le Centre international de Développement et de Recherche (CIDR) pour un montant de 492 000€. Elle finance également un projet de corridors socio-écologiques dans la steppe Massaï et la Vallée du Rift au nord de la Tanzanie, avec la Fondation Internationale pour la Gestion de la Faune (848 981€).
Dans le passé, l’AFD a appuyé le secteur de l’éducation et de la formation professionnelle : L’AFD a financé sur subvention (4,7M€) un projet visant à créer une école de formation aux métiers du tourisme à Dar Es-Salaam ("National College of Tourism") afin de contribuer à améliorer la compétitivité des entreprises du secteur en Tanzanie. Le projet est à présent achevé et a été inauguré en décembre 2011 par le Président de la République Unie de Tanzanie et le Ministre français de la Coopération. L’AFD a également contribué au financement du programme sectoriel de l’éducation au travers de trois contrats de désendettement-développement (C2D) d’un montant total de 12,7 M€ sur la période 2001-2017.

Présence culturelle

Elle repose sur deux institutions : l’Alliance française de Dar es Salaam (qui dispose de nouveaux locaux depuis l’an 2000) et l’Alliance franco-tanzanienne d’Arusha (qui a été rouverte la même année).

L’école française de Dar es Salaam scolarise les enfants de la maternelle et du primaire et au collège jusqu’à la 3ème.

La population francophone de Dar es Salaam bénéficie depuis 2001 de la diffusion de RFI swahili (90 FM).

Relations militaires

La France et la Tanzanie partagent le même souci de sécurité et de paix sur le continent africain, mais aussi dans l’Océan indien dont elles sont des puissances riveraines. Il est de leur intérêt commun de travailler ensemble au renforcement de la sécurité et de la stabilité dans la région.

A cet effet, la Tanzanie a manifesté un grand intérêt pour le renforcement des relations entre son armée et les forces armées françaises dans la zone sud de l’Océan indien, FASZOI. En 2000, les forces armées tanzaniennes ont pris part, aux côtés d’autres armées africaines, à l’exercice militaire multinational "GERANIUM 2000" conduit par la France sur l’Ile de La Réunion et a fait de même plus tard en 2003 en Zambie. Surtout, c’est en Tanzanie que s’est tenu, en février 2002, le troisième exercice de maintien de la paix organisé dans le cadre du cycle français RECAMP (" Renforcement des capacités africaines de maintien de la paix ").

Préparé par plusieurs séminaires internationaux à Dar es Salam et organisé dans la ville portuaire de Tanga (nord-est du pays), l’exercice "TANZANITE- RECAMP 3" a réuni plus de trente pays et organisations internationales. Il a eu un impact politique important et a donné une nouvelle impulsion à la coopération militaire bilatérale.

Aujourd’hui, celle-ci passe notamment par l’enseignement du français en milieu militaire, l’envoi d’officiers tanzaniens en stage en France ou dans une école nationale à vocation régionale (ENVR) et par des escales maritimes (une ou deux par an en moyenne).

Dernière modification : 10/03/2015

Haut de page